P-47 D Razorback

 

Informations :

Echelle :

1/48
Marque : Hasegawa
Longueur : 173 mm
Envergure : 153 mm
Nombre de pièces : 113 dont 7 transparentes
Référence : Jt57
Type : plastique injecté
Lignes de structures : en creux

La maquette :

Les pièces du P-47 sont moulées dans l'habituel plastique gris d'Hasegawa. La gravure est en creux et les pièces transparentes sont très convenables.
Le niveau de détail du cockpit est correct. La planche de bord est en relief et Hasegawa propose une décal pour représenter l'instrumentation. Comme trop souvent, pas de harnais disponibles, ni moulés, ni en décal.
Le moteur est très bien rendu, ainsi que les puits de trains. Les jambes elles nécessiteront éventuellement le tuyau alimentant les freins, et rien de plus.
Coté assemblage, rien à dire pour les ailes ni le fuselage, mais le raccord des deux nécessitera sûrement un peu de mastic.
Coté déco, on peut réaliser 2 appareils : un du 61st Fighter squadron / 56th fighter Group Serial 216479, camouflé en Olive Drab et arborant une tête d'indien sur le capot moteur rouge ou bien un appareil du19th Fighter squadron / 381 st fighter group Serial 325429 camouflé Olive Drab et métal et bleu : le Miss Mary Lou.
En résumé, du bon Hasegawa, sans mauvaise surprise.

Montage :

Pour changer un peu, je commence par l'assemblage des ailes. Là, aucun problème, il suffit de suivre la notice en n'oubliant pas de percer les trous prévus pour fixer les 2 pilonnes ainsi que le réservoir. Petite nouveauté (pour moi), j'ai percé les feux de navigation en bout d'aile, puis mis une goutte de peinture de la couleur adéquate. Le résultat est bien plus réaliste que de peindre l'ensemble de la pièce comme je le faisais. Ensuite, collage au Clearfix, et hop, l'aile est prête.
Ensuite, pas d'autres choix que d'attaquer le cockpit si je veux pouvoir fermer le fuselage. Donc, on détache les pièces, on colle une partie (pas tout, sinon c'est galère pour peindre).
Je me suis aidé du Walk Around Squadron consacré au P-47 afin de mettre en peinture plus correctement le cockpit. J'en ai aussi profité pour refaire une manette en plastique étiré ainsi qu'un élément de la paroi gauche (grappe travaillée). Rien d'exceptionnel, mais bon, ça meuble un peu plus ! Pour la peinture, j'ai utilisé du H58 de Gunze. Ensuite, au pinceau, j'ai fait tous les détails (noir, rouge, alu). Un petit brossage à sec gris pour faire ressortir les détails, quelques éraillures aluminium (Humbrol 11) au pinceau sur le plancher et le siège, un jus terre de sienne et voilà notre cockpit prêt ! J'oubliais ! Pour la planche de bord, j'ai utilisé la décal, avec une grosse dose d'assouplissant. Pour les harnais, j'ai utilisé ceux de la planche Eduard USAF WWII Seat Belts.
On colle tous les sous éléments du cockpit et on peut s'occuper du fuselage. L'assemblage à blanc du fuselage (sans le cockpit) et la mise en place à blanc sur l'aile montre qu'il y a un sacré jour à boucher. Par contre, si on met le cockpit en place (toujours à blanc) tout va mieux : le cockpit écarte le bas du fuselage et donc le joint avec l'aile est bien plus correcte.

L'assemblage du cockpit dans le fuselage est un peu délicat, dans le sens où il faut bien le positionner sur les ergots et le tenir pendant séchage. Donc, je commence par coller uniquement un coté, bien en place et je ferme le fuselage (à blanc). Ensuite, on peut procéder au collage de l'autre coté et fermé le fuselage définitivement.
L'assemblage du fuselage sur l'aile ne pose finalement pas de gros problème. Un peu de mastic permettra de faire un joint plus propre.
Ensuite, on assemble les gouvernes de profondeurs et on fixe la verrière, question d'avoir un joint net avant peinture. Une fois la verrière masquée et le cockpit protégé des projections de peinture, on peut commencer à peindre : une partie du capot moteur et le gouvernail reçoivent un couche de rouge Gunze H3. Ensuite, on passe au neutral grey H53 pour l'intrados et l'intérieur du capot moteur. Une fois ceci fait, on termine par la couleur la plus sombre, c'est-à-dire ici l'Olive Drab (H52 Gunze).

En parallèle, occupons nous du moteur (en attendant que la peinture soit assez sèche pour vernir brillant…). Le moteur est peint en noir mat puis brossé à sec avec de l'aluminium Humbrol (H11). Les carters sont en Neutral Grey et reçoivent un jus à l'huile terre de sienne pour mettre en valeur les détails.
Voilà. Reste à vernir en brillant pour attaquer la pose des décals. Les décals se posent sans aucun problème. Seul constat désagréable, c'est le blanc qui n'est pas assez opaque : cela se remarque surtout sur le capot moteur.
Ensuite, on peut attaquer la patine : un coup de jus noir dans les lignes de structures, du smoke Tamiya très dilué pour faire les échappements et accentuer certains panneaux et enfin, des éraillures avec du H11 Humbrol au pinceau.
Ensuite, un coup de vernis matt, on colle les différents détails (antennes, canons, trains, trappes…).

 

Voilà un bien joli P-47D Razorback proposé par Hasegawa. Vraiment aucun reproche à faire si ce n'est les décals dont le blanc n'est pas assez couvrant.

Peintures utilisées :

Cockpit : Gunze H58 (interior green) ;
Fuselage : Gunze H52 (Olive drab pour l'extrados) et H53 (Neutral grey pour l'intrados).
Dérive et capot moteur : Gunze H3 (Red).

Documentation :

Squadron Walkaround N°11