Spitfire Mk Vb

 

Informations :

Echelle :

1/48
Marque : Tamiya
Longueur : 193,3 mm
Envergure : 234 mm
Nombre de pièces : 61 dont 6 transparentes
Référence : 61033
Type : plastique injecté
Lignes de structures : en creux
Remarque : Pilote fourni

 

 

Historique :

Le Spitfire, chasseur considéré comme le plus bel appareil de ce type au monde, a joué un rôle très important au cours de la seconde guerre mondiale. Conçu par Reginald Mitchell, le prototype du Spifire effectua son premier vol le 5 mars 1936. Coté caractéristique de l'appareil, son aile, en forme d'ellipse, son train rétractable à voie étroite, ses volets à fentes, son cockpit relativement confortable et son moteur Rolls Royce Merlin en firent un des plus performant de l'époque, et en évolution constante. Cette aile elliptique, possédait un profil excellent permettant à l'appareil d'atteindre Mach 0,92 en piqué ! Les appareils destinés à des emplois en basse altitude se voyaient modifier l'extrémité des ailes : les saumons étaient déboulonnés, ce qui donnait un appareil aux ailes rognés : au dépend de la distance de décollage et d'atterrissage et de leur comportement moyen en altitude, cette configuration permettait d'améliorer sensiblement près du sol leur vitesse et leur maniabilité.
Coté version, le Mk I, Ib furent et Mk II furent les plus construit. Ensuite après les versions Mk III et IV vint le Mk V, disposant du fuselage renforcé du Mk III, d'un moteur Merlin plus puissant, d'un point d'attache ventral pour un réservoir largable ou une bombe de 227 Kg maxi. La version la plus répandue fut le Mk Vb, doté de 2 canons et de 4 mitrailleuses. Il y eu ensuite d'autres versions après les Mk V, mais là, il s'agit d'une autre histoire...

La maquette :

Ouvrons la boite : Tamiya nous fournis 2 grappes de plastique gris joliment gravé en creux ainsi qu'une grappe de plastique transparent., de bonne qualité.Le cockpit est assez bien détaillé.Par contre, la planche de bord est en relief, très détaillée, mais aucune décal n'est fournie pour simuler les divers cadrans, ce qui aurait été un plus appréciable. Les harnais du siège sont aussi totalement absents, ni gravés ni en décal. C'est dommage ! La verrière peut être laissée ouverte, et un petit plus du chef Tamiya : une trappe d'accès au cockpit est fournie, pour pouvoir la représenter ouverte. Attention car là, il faudra découper dans le fuselage celle qui est fermée.
Coté extérieur, pas grand chose à dire, les trains sont correct, les pneus disposent même en relief de la marque (Dunlop). Il faudra sûrement poncer un peu la marque car elle me semble un peu trop proéminente par rapport au pneu. Coté des puits de train, ils semblent conformes à l'original. Le moteur étant totalement invisible de l'extérieur, rien à dire. Par contre, les échappements nécessiteront d'être retravaillés, pour les creuser... Quelques assemblages à blanc laissent penser qu'on pourra laisser le tube de mastique dans le tiroir, bon c'est du Tamiya, pas surprenant donc.
Coté versions et décorations, on peut représenter un appareil du N° 243 Squadron, un autre du N° 316 Squadron (aux ailes rognées), et enfin un appareil du Fighter Command. Coté camouflage, identique pour les 3 versions, à savoir extrados Dark Green et Ocean Grey, et intrados Medium Sea Grey.
Les décals sont de bonne qualité mais un peu épaisses, rien de dramatique car elles ne m'ont jamais posé de réel problème. On constate que Tamiya indique de mettre des décals blanches pour les marques de nationnalité avant de mettre celle bleu, blanc rouge, surement à cause du manque d'opacité du blanc. La seule chose qui me chagrinne concerne la bande d'identification, censée être en couleur "Sky" et qui en décal est de couleur plutôt marron grisatre. Autre remarque, celle concernant l'identification des appareils (SN, AGM..), leur couleur me semble étrange... Est-ce ma planche qui a un problème ou bien est-ce une erreur de Tamiya ou encore est-ce tout simplement normal ?

Montage :

Comme je l'ai dit, l'absence de décal pour les instruments (ben oui, on n'est pas tous des pros du pinceau) et des harnais m'ont incité à utiliser la planche de photodécoupe Eduard (version Zoom).
Inutile de faire original, et commençons par le cockpit. Je me conforme simplement à la notice Tamiya et Eduard. Le vert intérieur est le RAF Interior Green de Modelmaster.
Le cockpit terminé, on peut s'occuper de dégrapper le fuselage et hop, on assemble... un jeu d'enfant, les ajustages étant presque parfaits.A ce stade, il faut impérativement choisir la décoration qui sera faite, ceci influençant le reste du montage : choix des saumons d'aile et du type de pare brise et de verrière.
Pour ma part, je suis parti sur le EN821 SNoM.

Donc, revenons au montage, on suit la notice sans aucun soucis. La seule petite difficulté pour un débutant peut résider dans le suppression de 2 lignes en surépaisseur sur chaque aile. Pas de panique, il faut y aller doucement et finir au papier de verre. La lame de cutter a mordu le plastique ? Hop, un peu de mastic, on laisse bien sécher et on ponce.


Allez, on peut passer à la peinture... J'ai utilisé les teintes Modelmaster Enamel. Je commence par le dessous en Medium Sea Grey. Ensuite, je masque cette partie pour attaquer les surfaces supérieures. Ici, pas de masque, je fais à main levée. Je commence par l'Ocean Grey et je finis avec le Dark Green. Quelques retouches de ci de là car ce genre de camouflage à main levée est propice à des "dérapages". Les retouches faites, je reprend ensuite chaque panneau avec la teinte de base éclaircie avec du gris clair pour faire la patine.
L'étape la plus difficile est passée. Un coup de vernis brillant, du simple Klir passé au pinceau sur l'ensemble de la maquette, et on peut attaquer les décals (laissez quand même sécher le vernis...).

Les décals... j'avais des doutes sur la couleur des décals Tamiya (bande d'identification et lettres)... J'ai finalement décidé d'utiliser une planche Carpéna, gracieusement offerte par Stef #6. N'ayant pas de notice, je me fie à mon instinct et quelques photos pour représenter un appareil du groupe "Ile de France".Pour la bande d'identification, j'ai décidé de la faire en peinture. Pour les décals, je pose d'un coté le code d'identification (GWoL). Un coté fait, je passe à l'autre et je fait pareil GWoL... En regardant de près la notice Tamiya, je suis pris d'un doute : une déco Tamiya, le SZoX se lit de l'autre coté X-SZ... Et le GWoL ??? Doit-il se lire pareil des 2 cotés ? Allez, hop, sur internet et me voilà parti à la recherche urgente (fallait pas que les décals aient le temps de sécher) d'un indice... Miracle, je tombe sur une photo d'un Spitfire avec un code similaire : SoGW !!


Déduction... je me suis trompé et je cours corriger.
Fier de ne pas être tombé dans le piège, j'en discute avec "Grosbère" qui m'annonce avoir une photo du GWoL... Après avoir cherché un peu, il me met sous le nez un gros livre sur lequel s'exibe fièrement un Spit vu du coté droit codé GWoL.... Le contraire donc de ce que j'avais finalement fait (mais qui correspondait à ce que j'avais initialement fait !!!).
Donc, je m'étant finalement trompé, c'est reparti pour des recherches de décals pour trouver un GWoL... et la recherche fut vaine, car jamais la bonne police.

Six mois après, en ayant marre de voir la maquette faire de l'endurance poussière, j'ai finit par me résigner et utiliser les décals Tamiya et faire la déco que vous pouvez ici voir.
Certains d'entres vous se demandent comment 6 mois après j'ai peu enlever l'ensemble des décals ? Simple : de l'eau chaude et un cutter, méthode "violente" mais efficace. Recouche de vernis brillant, et plus aucune trace ! Ca marche !

Je pouvais donc terminer mon premier Spit en collant les trains, diverses prises d'air et radiateur etc..
Au final, c'est une bien jolie maquette, qui se monte sans aucune difficulté. Quand à la couleur des décals, je dois avouer que je ne sais toujours pas qui avait raison...