Hawker Tempest Mk V

Informations :

Echelle :

1/48
Marque : Eduard
Longueur : 212 mm
Envergure : 257 mm
Nombre de pièces : 103
Référence : 8025
Type : plastique injecté + métal photodécoupé + résine
Lignes de structures : en creux

 

La maquette :

La maquette est ici celle du Tempest Mk V, "early version".
Les boites Profipack comportent par rapport à la version standard de la résine et de la photodécoupe.
Ici, nous avons 71 pièces de plastique injecté, 9 en résine et enfin 23 pièces en métal photodécoupé. Cela nous permet d'obtenir un très bon niveau de détails.

Du coté du plastique injecté, les lignes de structures sont représentées en creux. On constate que le plastique est granuleux et nécessitera un séance de ponçage pour l'ensemble des pièces. On remarquera aussi les pastilles d'éjection, rien de bien méchant puisqu'elle ne seront pas visible, hormis celles présentes sur les trappes de train qu'il faudra impérativement supprimer (il faudra utiliser du mastic pour obtenir une surface parfaite).


A gauche, les trappes avec les pastilles, à droite, les trappes débarassées des pastilles d'éjection.

Du coté assemblage, je peux déjà vous dire que le fuselage ne présente aucun problème, ce qui n'est pas contre pas le cas de l'aile.. l'étape d'assemblage aile / fuselage promet d'être un peu plus délicate si vous êtes habitué à du Tamigawa.
Il ne faut pas perdre de vue que ce n'est pas au standard des derniers Eduard tels que P-39 ou Bf 108, mais si ce n'est un peu de préparation, aucune difficulté particulière.

Pour la résine, vous avez les pneus écrasés et l'ensemble du cockpit en plusieurs pièces (parois, coté, siège etc...).

La photodécoupe apporte elle une planche de bord, les harnais, le radiateur ainsi que divers autres détails.

En ce qui concerne la planche de décal, elle est très bien imprimé et permet de représenter 3 décorations :
- le JN766 du 486 sqd RNZAF (SAoN);
- le JN732 du 3ème Sqd 150 Wing (JFoG), avec les bandes d'identification;
- le JN751 (RoB) aussi avec les bandes.

La notice est claire, comme d'habitude.

Le montage :

On commencera par le cockpit : première étape, la préparation des pièces en résine : on enlève la matière inutile et on dégraisse l’ensemble pour que la peinture accroche. On colle à la cyano les différentes manettes. L’ensemble est peint en RAF Interior Green de ModelMaster, puis, on fait les détails au pinceau selon la documentation et la notice.



Au passage, une petite anecdote.... j'ai l'habitude de préparer le siège à part et de le mettre en place en fin de montage. Là, c'est mal ! Une fois le fuselage fermé (n'oubliez pas avant de coller les échappements), j'ai donc eu la désagréable surprise de constater que le siège ne rentre plus par l'ouverture de l'habitacle... (enfin, si, il rentre, car j'ai réussi mais c'est très sport !!).

Donc, ne faites pas comme moi, et une fois le cockpit assemblé (avec son siège, n'est-ce pas ?), on constate qu'il rentre très bien par le dessous du fuselage fermé (aucune difficulté à ce niveau) ! On assemble le fuselage (après avoir peint tout ce qu'il fallait), et préparé et assemblé la partie radiateur, puis on insert l'habitacle.


La préparation des ailes est très simple. On colle et perce tout ce qu'il faut comme l'indique la notice. On pourra très facilement faire qqes modifications (perçage des pièces 42 et 43, modification des lumières sous une des ailes etc...).


Une fois les ailes assemblées, on peut les ajouter au fuselage... Là, ça se complique un peu : prévoyez du mastic et du papier de verre pour obtenir des joints parfaits.
De plus, il faut découper les emplacement des canons et remettre en place les pièces correctement.
Après plusieurs séances de ponçage / masticage, on obtient un fini correcte pour la peinture.

Il faut maintenant choisir la déco. En fonction de celle-ci, peindre en blanc les emplacements des bandes d'invasion. Là, c'est simple. Ca se complique lorsqu'il faut les protéger en les masquant (j'ai délaissé les décals fournies car trop capricieuses). Donc, bande cache tamiya et patience de rigueur. Pour les ailes, c'est relativement simple. Pour les bandes de fuselage, c'est tout de suite moins drôle, voire stressant ! Mais bon, j'y suis arrivé sans trop de gaspillage, alors, pourquoi pas vous ?

Les bandes blanches étant protégées, on appliquera la bande Sky qu'il faudra aussi protéger. Ensuite, on pensera à mettre en place le pare brise (préalablement masqué) avant d'attaquer le camouflage typique : Ocean Grey (Model Master enamel), Dark green (H330 Gunze) et Medium Seg Grey (H335 Gunze).


Je commence par l'intrados. Ensuite, masquage à la bande cache pour l'ensemble du fuselage et au Maskol pour l'arrondi du radiateur. L'extrados est ensuite peint, à main levée.
On reprend chaque couleur éclaircie pour casser l'uniformité, sans trop insisté non plus : les Tempest avaient l'air plutôt « frais » !
On masquera ensuite pour faire les bandes jaunes du bord d’attaque ainsi que les bandes noires. Les bandes noires de zone de marche de part et d'autre du fuselage sont fournies en décal. J'ai voulu les peindre, mais la forme arrondi est plutôt délicate à obtenir par masquage : j'utiliserai donc les décals.


Donc peinture terminée, on enlève tous les masques (sauf pare brise et verrière), et on vernit la maquette en brillant (Klir au pinceau comme d'habitude). On laisse bien sécher, et on peut s'attaquer aux décals.


Première mauvaise surprise : du silvering ! Doutant de l'aspect suffisamment brillant, je repasse une deuxième couche de Klir. En effet, la suite des décals ne pose plus ce problème. Les petites décals sont vraiment pénibles à mettre en place : elles se déchirent ou se disloquent purement et simplement en les sortant de l'eau.
En regardant les photos de plus près, je constate que beaucoup de marquages sont absent, particulièrement sur les bandes d'invasion : tant mieux, je fais l'impasse sur tout ce que je peux !

Une fois cette étape réalisée, un petit jus terre de sienne permettra de faire ressortir un peu les lignes.
Il ne faut pas oublier de peindre les échappements (Burnt Metal modelmaster au pinceau puis brossage à sec de bronze Humbrol). On fait les traces d'échappements légères à l'aéro (Gunze H77 très dilué).

Les trains sont selon moi la partie délicate du kit. On commence par mettre en place la roulette de queue peinte. Ensuite, j'ai collé en place les jambes seules. Après un bon séchage, j’ai percé les roues en résine (préalablement peintes) et je les ai collées à la cyano en gel : je le pose directement sur ses roues afin de bien les positionner et je le maintien le temps que ça sèche (qqes secondes, juste le temps de les repositionner en fait : pas vraiment le droit à l'erreur donc !). Une fois ceci fait, j'ai mis en place les autres pièces.



On termine par les petites pièces restantes. J'ai fait en étiré l’antenne dorsale non fournie dans le kit.

Documentation utile :

Tempest 4+