Embraer EMB-312F Tucano

Réalisé par Alex Cl-215

 

Informations :

Echelle :

1/72
Marque : Airfix
Type : plastique injecté

 

 

Conversion du modèle Airfix 1/72.

Histoire :

Originalement développé par l’avionneur brésilien Embraer, le Tucano fut aussi produit par l’irlandais Shorts, pour les besoins de la RAF. La différence la plus visible entre les versions produites par chacun des constructeurs étant au niveau de la motorisation qui influe donc sur l’hélice, la forme de l’entrée d’air et les échappements de la turbine.

Montage :

La conversion en EMB-312F du modèle Airfix (représentant la version T1 de Shorts) passe donc par une chirurgie assez conséquente de la partie avant.
Le montage se fera en 4 sous-ensembles qui sont traités plus loin dans l’article.

Airfix ne nous offre pas ici un de ces meilleurs modèles…
La gravure manque de finesse voire même floue a certains endroits (sur les ailes notamment).
La verrière est très épaisse avec quelques effets de loupe.
L’ajustement entre l’aile et le fuselage laisse beaucoup à désirer et nécessitera l’emploi de beaucoup de putty et d’abrasif.

MAIS !!! "On a rien sans mal" comme disait l’autre.

Le cockpit :

La partie arrière de la baignoire sera retravaillée pour laisser de la place aux deux grosses bouteilles jaunes (oxygène) qui seront a faire dans de la tige plastique d’environ 2.5 mm de diam. Les consoles de droite (AV et AR) recevront un morceau de carte plastique afin de recréer les « boites à gants ».
Les consoles de gauche recevront de fins morceaux de plastique pour simuler les manettes du moteur. La baignoire sera alors peinte en gris clair.
Les consoles recevront des morceaux de scotch (électrique) noir afin de simuler certains panneaux de contrôle, agrémentés de points gris pour simuler les boutons. Suivront un jus et un drybrush alu pour la patine.

Un peu plus en avant des boites à gants, mais sur le fuselage droit, seront installés les deux panneaux de disjoncteurs (Circuit-Breakers), après avoir posé de fines bandelettes de plastique simulant les cadres du fuselage.

 

Les sièges éjectables seront améliorés, peints en noir mat et drybrushés en gris. Le harnais sera fait en adhésif texturé, posé et peint (en Radome Tan). Le coussin sera fait en Milliput, alors que la poignée centrale sera faite en fil de cuivre, collée à la CA puis peinte en jaune. Ils seront mis de coté jusqu’à la toute fin du montage.

Les planches de bord seront « nettoyées » et ajustées avant assemblage à blanc. Puis après peinture, les décals seront posés et scellés avec du Johnson Clear. Quelques pointes de couleurs (rouge, jaune, noir) apporteront un peu de vie aux planches de bord.
La casquette avant sera modifiée pour laisser voir le logement de la glace du (potentiel) HUD. La casquette arrière sera modifiée afin d’être parallèle au dos du siège avant. Elle recevra aussi des petits ‘bidules’ sur le dessus. Les casquettes seront peintes en noir et drybrushées en gris.
Une fois tous les morceaux prêts, la baignoire sera collée sur un des demi-fuselages.

Le fuselage :

La plus grosse partie du travail de conversion réside ici.
Le puit de train avant (pièce 18) servira de support à l’ossature centrale découpée selon le profil d’entrée d’air propre au moteur P&W PT6. L’écope (pièce 12) sera découpée au-dessus de l’entrée d’air puis mise en place sur l’ossature. La partie restante (derrière le cône d’hélice) sera elle aussi positionnée sur l’ossature centrale.

Les « bajoues » du fuselage sont découpées, et les bords du puit de train légèrement retouchés de façon a pouvoir insérer la pièce convertie.

Une fois en place, les espaces sont comblés de plombs de pêche et de putty Tamiya.
Commence alors un (très) long travail de mise en forme (putty… ponce… putty… ponce…). Une fois la forme désirée obtenue, on passe à la gravure des panneaux d’accès à la turbine. Je recommande ici de bien regarder sa documentation car certains profils publiés sur Internet semblent erronés sur la forme de ces panneaux.
Les entrées Naca ainsi que les sorties des radiateurs seront creusées à la fraise boule (la plus petite) et finies à la pointe d’un X-Acto.

La porte d’accès au compartiment bagage/avionique verra son bord inférieur comblé au Putty, poncé et regravé un peu plus haut de façon à l’éloigner du raccord Karman.

L’extrémité supérieure de la dérive sera retouchée à l’aide d’un bout de carte plastique afin de lui redonner son aspect à angle (presque) droit.
Les gouvernes de profondeur verront leurs saumons arrondis et les lignes de séparation entre les gouvernes et les plans fixes seront gravés plus profondément.
Une fois les plans horizontaux collés en place, à l’aide de scotch de masquage, le carénage à la base de chaque plan sera délimité, puis chargé au Putty. Un ponçage en règle après séchage permettra d’obtenir la surépaisseur simulant ces carénages.

L’aile :

L’aile nécessitera aussi quelques travaux de retouche. Tout d’abord, j’ai choisi de découper les volets. Il apparaît alors qu’ils n’ont pas la même dimension entre le gauche et le droit. Il faut donc rajuster les longueurs en rognant sur l’un des ailerons (oui, oui…), et tout rentre dans l’ordre. L’aile est ensuite assemblée.
Sur les bords d’attaque, les logements des phares sont creusés et un bout de grappe transparente est installé, puis poncé et poli afin de se conformer au profil du BdA. Les feux de positions subiront le même traitement en prenant garde toutefois de corriger (au putty) les saumons d’aile dont Airfix nous donne une représentation qui a plus l’air d’un bec de canard qu’autre chose…
Le montage révélera un gros espace au niveau des ailerons. Celui ci sera comblé au putty et creusé à la lame de rasoir (comme si on utilisait une guillotine). S’en suivra un ponçage de finition.

es puits de train recevront de fines lamelles pour simuler la structure interne.
Certains panneaux et lignes de structure seront regravées à l’aiguille.
Le bord de fuite du Karman sera refait pour plus de finesse et une meilleure symétrie, car la partie la plus intérieure du volet se loge sous cette partie du Karman.
D’après les photos trouvées sur Internet, il semble que la partie de l’intrados (entre les trappes du train principal) soit pourvue de deux sorties doubles, grillagées. Celles ci seront refaites à la carte fine et de trame nylon provenant d’un sachet de thé…

Les accessoires :

La verrière verra son montant central poncé soigneusement puis sera passée à la pâte Tamiya. Le bord sera refait au Putty Tamiya en utilisant du scotch pour protéger la partie vitrée tout en créant un bord net surélevé qui donnera du relief au montant.
La structure du montant de la verrière comptant plus de trous qu’une meule de gruyère, j’ai décide de m’inspirer du set de photo-découpe au 1/48 du kit Aconcagua, afin de percer les morceaux de carte plastique représentant les montants.
Les charnières seront faites dans un bout d’alu ménager (barquette).
Même si en final les montants sont un peu trop épais, mais je m’en contente…
Peut-être préférerez vous voir du coté des vacu… Cette alternative sera certainement une meilleure base que la verrière du kit.
Note : Il ne faudra pas oublier le pare-brise intérieur séparant les places avant et arrière du cockpit. Le contour de sa base devra se conformer à la casquette de la planche de bord arrière.

La "casserole" sera modifiée pour accueillir l’hélice (tripale) en métal de chez Aéroclub (de qualité moyenne…).
Une fois l’hélice installée dans le casserole, les pales seront soigneusement vrillées pour les mettre "en drapeau" afin de représenter la configuration habituelle au sol.

Installation de l’aile :

Une fois l’aile et le fuselage prêts, un fastidieux travail d’ajustement va commencer. Un premier montage à blanc permettra de noter les endroits du Karman où des petites retouches de raccord/ponçage devront être faites.
On note ensuite que le raccord a l’arrière laisse un manque de presque 1mm entre le Karman supérieur (coté fuselage) et l’inférieur (sur l’aile). Cet espace sera rebouché et poncé après installation de l’aile. A ce stade j’ai fait la découpe du logement du marchepied, à la fraise-boule.
Le raccord à l’avant nécessitera aussi un bon travail de colmatage et ponçage. Sur cette partie, deux petites écopes Naca seront gravées.

L’assemblage est donc prêt pour la phase peinture.

Peinture :

Après avoir scellé le cockpit (et les puits de train), le modèle est lavé au savon a vaisselle et séché avec un linge propre.
Le modèle est alors apprêté avec une bombe de gris clair afin de noter les défauts et les rectifier.
Le modèle est ensuite peint en blanc cassé (Insigna White + quelques gouttes de Light Sea Grey). Note : Non, le Tucano n’est pas blanc…
Après quelques jours de séchage, le masquage pour le rouge sera mis en place. Pour ma part, j’utilise du scotch 3M Electrotape que j’ai trouvé dans l’atelier peinture de ma société (et ils s’y entendent pour peindre des avions…).

Pour le rouge, j’ai choisi le Chevrolet Engine Red (Model Master #2731) pour son aspect plutôt orangé qui donne tout son charme à cette déco.
Puis une nouvelle séance de masquage sera nécessaire afin de réaliser les zones de marche (peintes noir mat) et les saumons d’aile en dayglo (apprêté en jaune mat).

Après un bon séchage, on appliquera une bonne couche de Future (Klear) de Johnson afin de préparer la pose des décalques.
Notez que les planches de décalques pour les Tucanos français ne courent pas les rues…
N’ayant pas réussi à mettre la main sur les planches Model Art 72-021 et/ou -024, je me suis donc débrouillé. Tout d’abord, les cocardes ont été prélevées sur une planche Carpena 72-05.
Les symboles de verrière éjectable, de point d’accrochage (en forme de 2) et la bande rayée de zone de marche proviennent d’une planche pour Mirage F1 Hasegawa.
Tout le reste a été fait partir de scan de photos/logos ou de polices trouvés sur internet. Ils ont été mis en forme sur document Word puis imprimés sur feuille de décals Testors (fonds blanc et transparent). Ce fichier est à votre disposition si vous le souhaitez.
Pour faire les attaches du capot moteur, j’ai pris un morceau de décalque vierge sur lequel j’ai peint une bande (grossière) en argent (Model Master silver chrome). Puis j’y ai déposé une bande cache d’environ 1.5mm. J’ai ensuite peint une longueur rouge et l’autre coté en noir.

Une fois sèche, on enlève la bande cache et il n’y a plus qu’à découper des bandelettes d’un peu moins d’un millimètre de large et on pose comme un décalque standard…

Une fois les décals posés, ils sont tout de suite imprégnés de Future, à l’aide d’un coton-tige. Ceci aide à la fixation et protège le décals pour la phase "salissage".

Finition :

Une fois le jus appliqué (Noir mat Tamiya dilué à l’eau et appliqué au pinceau très fin, par capillarité), on passe au montage des éléments.
Les trains et leurs trappes, les volets, l’aérofrein et son vérin, le marchepied et les diverses antennes (refaites en carte plastique car la taille et l’angle de celles du kit sont erronées).
On installe enfin l’hélice (à la colle blanche) et on termine par la pose de la verrière.

Et voila… Un beau Tucano bien coloré !!!

Documentation utile :