FMA IA 58A Pucara "Malouines"

Par Manu

Ecrire au Webmaster

 

Note du webmaster : il s'agit du pas à pas réalisé par Manu sur le forum et compilé par Collossusfr.

 

Feux d'atterrissage

Les feux du Pucara étant inexistants, je les ai refait en manche de brosse à dent ("Colgate").
Les bouts de brosse à dent sont collés à la cyano à champ. Ensuite, je refais un joint de cyano tout le tour pour consolider. Pas d'importance si ça déborde bien sur le plastique puisqu'il faut poncer de toute manière. Je dégrossis au Stabiflex (plateau rotatif avec des pastilles de papier de verre adhésives monté sur une mini-perceuse) Finition à la lime, papier de verre à l'eau et Micromesh à l'eau également. Voili voilu ! Ce que j'ai oublié de dire plus haut, c'est qu'il faut peindre le logement en argent avant de coller le bout de brosse à dent. Ca donne de l'éclat au feu de navigation.

Percage des conduits de canons

Pas facile car pas beaucoup de matière pour le faire mais bon. Je vais essayer maintenant de coller des bouts d'aiguille de seringue à l'intérieur. Ils ne ressortiront pas et ne seront visibles que de face. C'est comme ça sur le vrai.
Ben échec pour le collage des canons en aiguille de seringue. On les verra quand même sur le côté car pas assez de place pour les coller à l'intérieur. Comme il y a les consoles latérales qui vont venir se coller sur les parois, je ne pouvais pas laisser dépasser les bouts d'aiguille. Ils sont donc tout petits et ne tiennent que sur 1 ou 2/10èmes maxi.

Cockpit

Collage des palonniers en photo-découpe. Un coup de blanc sur l'arrière du tableau de bord en prévision de la pièce en rhodoïd et collage de la partie basse en photo-découpe.

Hélice

Je m'intéresse maintenant aux hélices. Les hélices se collent à champ sur le moyeu...belle partie de rigolade en perspective. Les pales ont été passées au Micromesh (tous) de façon à leur donner une finition bien lisse car elles seront alu "pétant". (sans l'odeur..)
Je ne colle qu'une pale par jour sur chaque moyeu de façon à être absolument certain de la solidité du collage avant d'en effectuer un autre. A champ, il faut le temps que ça prenne. Evidemment, aucun repère et la partie "moyeu" est plus large que la partie "hélice"...donc, collage au pif en essayant de plus de coller chaque pale avec la même orientation que la précédente. Si ça tient pas, je perce pales et moyeux et je consolide avec un axe en métal.

Cockpit (2eme...)

Pulvérisation d'un gris très clair (XF19 Sky grey) sur le plancher. Cette couleur sera la dominante dans le poste de pilotage. Mise en place et collage de la cloison arrière du poste de pilotage. Evidemment, on positionne ça "à la bonne franquette"...ya rien pour guider à part une vague empreinte qui est de toute façon mal située.

Les roues

Ayé, fini de ponçer le joint des pneus. Rien de spécial si ce n'est qu'il faut faire attention à l'assemblage et surtout au séchage pour que rien ne bouge. Les demi-roues sont pleines et il n'y a rien pour les positionner. Elles ne sont ni belles ni moches et la mise en peinture nous en dira plus. De toute façon, m'étonnerait qu'un accessoiriste s'intéresse à des roues de Pucara... J'ai collé à la colle maquette et une fois sec, j'ai repris tout le joint en remettant dessus un trait de cette même colle. 24 h de séchage, ponçage à la lime puis de nouveau 24 h de séchage et finition à la laine d'acier 00000.
Après une longue hésitation, j'ai écrasé les pneus. En fait, pas si longue que ça l'hésitation car j'adore mon fer à repasser. Dans une vie antérieure, je devais tenir un pressing... Les photos de détails dont je dispose sont celles d'un avion sur cales et difficile donc de se faire une opinion à part sur une photo où l'on voit bien la roulette avant écrasée.(et même bien écrasée) Donc, fer sur "synthétiques" et hop ! J'ai insisté davantage sur la roulette avant. (les roues de cet engin sont toutes petites : moins de 8 mm de diamètre)
Une couche noir de pneu sur les roues. Moment délicat qui révèle à coup sûr la qualité du joint. La couleur est un mélange de ma composition gris foncé XF63 et gun métal X10.(80/20) Le gun métal donne de légers reflets métalliques que l'on aperçoit sur les pneus. Une fois la patine faite, ce sera bien mieux. Le fait d'avoir commencé par le pneu peut paraître surprenant (surtout que la jante sera alu) mais la structure de la roue permettra un masquage sans faille du pneu pour peindre la roue. Ce qui n'aurait pas été le cas en inversant.

Suite....

Alors, j'ai peint les parois du fuselage, repris la partie des pneus qui n'était pas peinte, mis du Maskol sur les supports des tableaux de bord pour peindre le montant en noir, peint les tableaux de bord en noir, commencé le collage des pales d'hélice sur les moyeux et commencé la peinture des manches à balais.
Les tableaux de bord en photo-découpe étaient peints en noir mat hier soir et ils ont été brushés tout à l'heure en blanc de titane Sennelier.
Opération fastidieuse ensuite en déposant du Maskol sur les pneus en prévision de la peinture des jantes.

J'ai monté les casseroles à blanc histoire de voir et ça colle. Impec en fait et en surveillant le collage, les pales sont bien à 120°. Comme vous le voyez, les jantes sont peintes. Flat aluminium XF16 qui est déjà bien pétant. Vais te patiner ça au sépia moi.

Nacelles moteurs et puits de train

Une petite reprise au mastic Humbrol lissé au pinceau avec de l'acétone. Un ponçage à cet endroit n'aurait pas été évident. Il fallait combler quand même bien qu'on ne verra plus grand chose une fois les trappes en place.

Cockpit

J'ai passé un jus sépia dans le cockpit. Ca fait caca, hein ? Mais après a suivi un brush de gris chaud Rembrandt mélangé à du blanc de titane Sennelier. Je vous précise les marques pour ceux que ça intéresse mais en fait, n'importe quelle marque d'huile extra fine fait l'affaire. Un léger brush métal sur les palonniers et à proximité avec du X32 titanium silver.(enamel Tamiya). Cette couleur est moins vive que du 191 Humbrol par exemple et donne des effets plus réalistes au 72.

Roues, suite...

Les jantes ont été peintes en XF16 flat alu puis jus sépia également et brush gris de paynes + gris chaud sur la bande de roulement. Les jantes n'ont pas encore été brushées, ce qui fait que c'est caca aussi.

Tableaux de bord

J'ai collé les films en rhodoïd au vernis brillant et puis j'ai fait de même avec la photo-découpe. Une couche plus épaisse de vernis permet à celui-ci de bien remplir les trous des cadrans.

Lest

Le Pucara est lourd du cul et il vaut mieux être prévoyant en terme de lest pour être absolument certain qu'il ne basculera pas vers l'arrière. On en parlait ya pas longtemps, alors voilà en image ma technique. De gauche à droite, le plomb de pêche, le même une fois écrasé avec une pince téléphone de façon à lui donner de l'accroche pour la cyano et enfin la fameuse pince téléphone. Aucun problème de place pour plomber le Pucara et j'ai mis le paquet.

Suite.....

Les hélices qui ont été décapées et repeintes car l'Alclad était trop brillante par rapport aux photos. 2 teintes métal en bombe avec TS17 au centre et TS30 aux extrémités + le bout des pales en XF3. J'ai attaqué les sièges avec une couche de base XF59 puis terre de sienne W&N essuyée dans le frais. Bientôt Maskol sur les coussins et je m'occupe de l'appui-tête qui est gris.

Suite....

Pendant que les huiles sèchent sur les sièges, je me suis attaqué aux phares d'atterrissage. Le Pucara possède deux phares situés aux extrémités des pylônes de charges. J'ai donc mis un coup de lime carrée jusqu'à obtenir la forme.
Un coup de noir mat à l'aéro puis percage (non débouchant) en plein milieu de façon à représenter le phare en lui-même. J'ai rempli le trou de Metal cote polished aluminium.
Un bout de plastique transparent (morceau de grappe cristal de la boîte à rabiot) collé à la cyano, puis ponçage de plus en plus fin jusqu'au Micromesh 12000.

Début du montage

Ca prend forme ! Par contre, les Karman sont beaucoup moins drôles. Et encore, j'ai déjà pas mal poncé avant l'assemblage. Vive le mastic...

Harnais

Pas évident de donner un peu de vie à un harnais au 72...c'est petit, petit. J'ai une technique qui vaut ce qu'elle vaut.
Base à l'aéro avec une teinte assez claire, ici du Buff XF57. Puis je recouvre grassement de peinture à l'huile d'une teinte plus foncée, ici du terre d'ombre naturelle W&N. Dés que tout est uniformément recouvert, j'essuie avec un pinceau sec en enlevant régulièrement l'huile prélevée sur un mouchoir en papier.
L'essuyage est fini quand je n'arrive plus à enlever de couleur et que le pinceau reste sec. Il ne reste plus qu'à reprendre les boucles avec une teinte métal.

Ils ne sont pas bleus aussi les harnais des sieges?


C'est à priori le bon siège mais pas les bonnes couleurs.Le brelage est FS 30118, c'est à dire marron assez soutenu.
D'ailleurs, l'appui-tête n'est pas non plus de la bonne couleur puisque celui du Pucara est FS 34092, c'est à dire vert foncé. La photo permet de distinguer les détails du siège mais la même personne m'a indiqué les couleurs en FS qui sont complètement différentes de la photo. Et j'ai la chance d'avoir un FS à la maison.

Trains

En laissant les pièces en l'état (celle du bas), il est à peu près certain que les trains d'atterrissage ne résisteront pas au poids de la bête. En fait, il n'ya rien de sérieux ni sur les jambes, ni dans les puits pour faire tenir les trains correctement en place. J'ai donc percé les deux à 1,2mm de façon à pouvoir y insérer un morceau d'aiguille de seringue du même diamètre. Noyé dans la cyano, cela devrait me permettre d'obtenir des trains un peu plus fiables

Sièges

Il ne manque que les poignées d'éjection et le brelage qui a changé un peu de couleur en séchant. Il est devenu plus mat aussi, ce qui explique pourquoi j'affectionne tout particulièrement les huiles Winsor & Newton. Demain (ce soir ?), je repique les boucles en métal.

Trappes et Teintes

J'ai peint toutes mes trappes et toutes les pièces des trains. A ce propos, choix entre du gris clair et de l'alu mat pour la couleur car les Pucara ont connu les 2 teintes. (avant et après les Malouines)
Le bleu conseillé pour l'intrados est le Humbrol 65 qui correspond au RLM 65...et n'est pas du tout la bonne couleur. Le FS est lui correct (35526) et j'ai donc fait un mélange de XF2 blanc mat et de XF8 bleu mat. (beaucoup de blanc et une pointe de bleu) Sous-couches

Peu de nouvelles en ce moment mais beaucoup de boulot avant d'en arriver là. En fait, les pièces ne jointent bien nulle part et le tube de mastic a subi une cure d'amaigrissement. Consolidation de certains joints à la cyano puis ponçage musclé et donc regravure...pas facile au Karman.
Finition au Surfacer 500.

Pré-ombrage

C'est long et fastidieux.

 

Charges

J'ai continué à bricoler ici et là. Les LAU 10/D Haségawa sont faux et il a fallu se rabattre sur une vieille réf Italeri qui n'est malheureusement pas aux standards actuels. Pas mal de rattrapage à faire et des ponçages de la même veine.
2 sont terminés et j'ai ajouté de l'alu autocollant aux extrémités pour donner un peu de relief.
J'en ai 3 autres sur le feu.

 

Sieges

J'ai egalement fini les sièges et la peinture des boucles fut une vraie partie de plaisir... Heureusement que j'ai une bonne loupe...commence à vieillir le Manu.

Les boucles, C'est tout simplement la photo-découpe du kit que j'ai travaillé un peu.

 

Camouflage

Je disais que j'attaquais le camo aujourd'hui. Et ben oui, c'est parti. Base XF2 blanc mat avec très peu (au pif) de XF8 bleu mat.
J'ai recouvert pas mal le préombrage de façon à ne laisser qu'une légère ombre dans les lignes de structure.

J'attaque l'éclaircissement des panneaux.

Le dessous est vraiment très bleu sur un Pucara. Certains sont gris mais quand c'est bleu, c'est bleu de chez bleu.
Mais je pense que ça va te plaire davantage maintenant que les panneaux sont éclaircis. J'ai 2 grosses pétouilles à rattraper sur une des gouvernes et près du saumon d'aile tribord.

J'ai oublié de mentionner que l'éclaircissement des panneaux se fait avec la même couleur dans laquelle j'ai ajouté davantage de blanc.

En ce qui concerne l'éclaircissement des panneaux, peinture diluée à 70/80% et passage à la buse de 0,2 avec 800g de pression. Je fais ça à main levée car "l'Evolution" est un outil fabuleux. Il suffit juste d'un minimum de précision.

 

Camouflage Extrados

Après une opération de masquage assez laborieuse, la première teinte du camo est passée. XF57 buff + blanc mat 50/50.
Plus difficile de laisser transparaître le préombrage avec cette teinte. Prochaine étape : éclaircissement des panneaux.
A suivre aujourd'hui

Qu'est-ce que c'est chiant à faire ! Là, j'ai encore coupé avec 50% de blanc. Certains panneaux et trappes sont minuscules et je suis donc descendu à 300 g de pression en diluant au moins à 80%. Le résultat me plait bien même si il y a de nouveau des pétouilles à rattraper. Je laisse sécher et j'attaque le vert. Il va vous surprendre celui-là

Oui, l'Evolution est un outil fabuleux ! Là, je parle de pression effective, c'est à dire 500 g au mano et 300 g en réel avec bouton poussoir enfoncé. Ca le fait bien et j'avais déjà testé des pressions très basses pour réaliser les camos ondulés sur le bord d'attaque de certains Me 109.

 

Trappes et trains

Je suis sur le vert du camo, ça vient, ça vient ! Une photo en début d'après-midi. En attendant, trappes et trains (quelques pièces seulement sur la photo). XF56 alu mat puis jus sépia et, une fois bien sec, brush énamel Titanium silver X32 Tamiya.
Moins pétant que le Humbrol 191, il permet des nuances plus subtiles. Va venir la peinture des vérins avec de l'encre argent (Pilot G-1) puis un peu de vieillissement aux jonctions (extrémités des vérins) avec des huiles. Et bien entendu les inévitables durits en fil de cuivre.


Suite Camouflage

J'ai même pas encore nettoyé l'aéro... Bon, j'ai trouvé un vert qui me botte avec le XF21 sky que j'ai pulvérisé brut de pomme. Ensuite, éclaircissement avec le même + au moins 60% de blanc. Et voilà le résultat.
Je trouve que ça rend nettement mieux en réel et je suis assez satisfait du résultat.
Hein ? Meuh non je fais pas de l'autosatisfaction..

Cette couleur se rapproche pas mal effectivement du vert de gris. Un vert amande assez pâle qui va ternir un peu avec les jus.

Jus
je vais en choquer quelques uns. On m'avait posé quelques questions lors du montage du He 112 et cette photo va y répondre. Quand je dis jus bien gras, c'est bien gras !


Il ne reste plus qu'à essuyer, ce qui lustre la peinture en même temps. Je travaille toujours par petites surfaces pour avoir le temps de corriger si nécessaire.

Après un premier essuyage, au mouchoir en papier, ça donne ça :

Maintenant, reprise à la laine d'acier, Micromesh ou essence pure en fonction de ce que ça va donner.

Rappel : Je passage direct sur la peinture mate. Ca marche évidemment moins bien avec la Gunze qui est satinée. On peut vernir mat mais ça augmente le nombre de couches et dans le cas d'un kit Special Hobby, la gravure est très légère. C'est pour ça que je préfère la Tamiya.

Jus : essence à briquet BP + sépia Rembrandt.
Souvent celui-là mais j'adapte effectivement en fonction de la maquette, de sa couleur et de son théâtre d'opérations.
Non, je ne l'utilise pas uniquement pour les lignes de structure puisque j'en profite pour faire pénétrer les pigments dans l'acrylique de façon à nuancer les panneaux.
J'entends par lustrer le fait que j'essuie assez fortement et j'élimine ainsi le côté mat de la peinture.(une fois l'essuyage fini, la maquette est satinée) Aucun problème pour vernir ensuite. Je laisse la maquette tranquille jusqu'à demain.
Ne pas être stressé par le tartinage, ya rien à craindre.

Le jus, c'est peinture à l'huile + essence à briquet.
Le mouchoir en papier est sec au moins jusqu'à ce que les pigments aient pénétré. Il est possible ensuite d'éclaircir l'ensemble en repassant un mouchoir imbibé mais je le fais rarement, préférant la laine d'acier qui me permet de patiner davantage.
J'ai jamais peur de me rater puisqu'il n'y a rien à craindre. Si ça me plait pas, mouchoir imbibé et hop ! Aucun risque pour l'acrylique de base.

Ca ressemble à ça après le premier essuyage

C'est sombre car l'huile a déjà pénétré l'acrylique et le sépia n'est pas loin du noir. Vient ensuite un essuyage léger à la laine d'acier dans le sens de l'écoulement de l'air. Voilà la différence :

Il faut frotter en douceur et pas de problème. Bien entendu, toutes les petites pièces sont collées à la fin du montage, sinon certains endroits seraient inaccessibles à la laine d'acier.

 

Suite du camouflage

Bon, toute la bête a été passée au Micromesh 8000 puis pas mal d'éraillures faites au scalpel. Masquage puis pulvérisation d'un jaune 329 Gunze.
Il reste encore une zone à peindre en alu sur la dérive puis patiner tout ça.

 

Trains d'atterrissage

J'ai attaqué les huiles sur les vérins des trains. Le vérin est d'abord recouvert d'encre argent avec un stylo Pilot G1. Après séchage d'au moins 24h, je dépose un fin trait de terre d'ombre brûlée W&N à chaque extrémité du vérin. Ensuite, je "tire" la peinture avec un pinceau fin jusqu'à obtenir la transparence de l'huile et simuler ainsi une lègère coulure. En haut, avant le "tirage" et en bas, après. Tout ça va encore être fondu avec un très léger passage d'essence pure.

 

T.E.R

Suite à conseil de Fanch , j'ai ajouté les 2 alimentations manquantes sur les racks. J'en ai profité pour mettre un coup de queue de rat sur le support de charge en lui-même qui est complètement plat d'origine. Il a ainsi retrouvé une forme bien galbée et j'ai fait un essai à blanc avec les LAU 10 pour être certain de la forme. Mise en peinture après scratch du pylône central.

 

Début du scratch

Pour ceux qui n'osent pas se lancer, voici un scratch très simple de pylône. Ce coup-ci, désolé Fanch, un pylône de F-18 ne fait pas du tout l'affaire. Trop haut et pas assez large. Rien dans la boîte à rabiot de transformable. Donc, fabrication maison. Pour le moment, collage de trois morceau de carte plastique ensemble de façon à obtenir l'épaisseur adéquate.
Le collage est fait à la colle maquettes car le résultat final doit être indestructible.
La cyano donnerait quelque chose de trop cassant. La carte plastique a été passée à la laine d'acier de façon à obtenir une accroche suffisante. Je vais laisser sécher jusqu'à demain et j'attaque la mise en forme, la gravure et les ajouts divers. Photo pas terrible, prise en intérieur sans flash car sur du blanc...
Mais bon, c'est juste trois bouts de carte plastique.

 

Ponçage du pylone

Bon, un week-end plus chargé que prévu et donc pas avancé beaucoup sur la maquette. J'ai ponçé le pylône et il a maintenant sa forme définitive.
Reste plus qu'à peaufiner au papier de verre à l'eau. Ensuite, ajout des détails...plus tard.

J'ai fini le pylône et la principale difficulté a été de respecter la forme du ventre du Pucara qui n'est pas plat.
Il m'a fallu ajouter de la carte plastique (en bas à gauche), poncer et faire de multiples essais à blanc pour être sûr qu'aucun jour ne subsiste. J'attaque la peinture ce matin.

 

Turbines

Une couche de X-11 chrome silver en attendant de masquer la partie avant car l'arrière (pas facile à expliquer) sera bleu.
Vous constaterez que les consoles latérales sont en place.

 

Compensateurs

Alclad II alu et alu poli.

 

Suite de la patine

Après plusieurs semaines d'inactivité maquettiste, j'ai quand même réussi à continué la patine du Pucara. Les jus ont été posés sur les marquages jaunes et je ne vais pas patiner davantage car ceux-ci ont été apposés sur le terrain, bien après le camo qui avait déjà souffert.

Même jus sur l'entrée des turbines et le bleu est le vert-bleu métallisé Gunze H63.

 

Puits de train

XF 16 dans les puits de train puis jus sépia. Même technique que pour les trains eux-même avec ensuite un brush énamel en X-32.

Le résultat est "brut de fonderie" et ne va pas rester ainsi. La différence est trop nette avec le reste du camo et tout ça va être bien entendu repris.

 

Poste de pilotage

Le poste de pilotage est presque terminé, il ne manque que la casquette du tableau de bord arrière et le viseur sur la casquette avant.
Bien entendu, impossible de placer ni les sièges, ni les manches à balai aux emplacements prévus...sinon, pas moyen de mettre la verrière en place. Il faut donc que j'adapte la casquette arrière qui, elle non plus, ne sera pas à sa place.


 

Trains

J'ai commencé à monter les trains et j'aimerais savoir comment vous faites pour éviter les pétouilles sur les pneus quand la fourche est en un seul morceau...
Je m'explique, il faut écarter les 2 côtés de la fourche pour pouvoir glisser la roue à l'intérieur mais je n'ai que 2 mains et une troisième main mécanique devient risquée pour la peinture arrivé à ce stade.

Et inévitablement, la peinture se barre du pneu (en bas à gauche).

 

Suite montage

j'ai repris la pétouille sur le pneu avant et j'ai fini d'installer les trains.
Les triple-racks sont en place aussi, ça avance, ça avance...

La pièce avec les trous sur toute la longueur est en photodécoupe...bonjour le pliage... Rassurant, tout le système de fonctionnement des jambes du train principal se monte à merveille. Il faut juste régler la longueur de la pièce perçée et de celle qui coulisse dedans...rien de méchant.
Il ne manque que les trappes et je m'y attèle dés cet après-midi

 

Suite du montage

Je suis content parce que j'avais pas encore essayé de le poser sur ses papattes. Il tient debout !
Sans basculer vers l'arrière et comme il me reste pas mal de pièces à coller sur l'avant et plus du tout sur l'arrière...
De toute façon, j'avais bourré de plomb tous les recoins.

 

Si Special Hobby ne fournit pas les charges, reconnaissons que le Pucara a bien plus de gueule avec ça.
Italeri et hasegawa mélangés pour obtenir 3 racks et 5 lance-roquettes. Seule configuration armée dont j'ai pu obtenir une photo (3 sur le rack central et un de chaque côté) mais il y a dû y en avoir bien d'autres...

 

Vernis

Le Maskol n'est même pas sec mais ça pue le vernis brillant à plein nez.
Toutes les antennes sont en place et je vernis et pose les décals ce week-end.

 

Pose des decals

Et ben mon colon, c'est du boulot. La planche de décals n'est plus siglée mais je suppute que l'imprimeur soit toujours Propacteam.
Décals hyper fins et très difficiles à poser. Impossible de les attraper à la pince sous peine de les voir se recroqueviller et alors...bonjour la galère. Je pose donc le film support directement sur la maquette et je pousse le décal avec la pointe d'un cutter tout doucement car rien que l'épaisseur du support suffit à ce que le bout du décal se recroqueville.
Par contre, malgré leur très faible épaisseur, la densité des couleurs est remarquable et nul besoin de produit assouplissant, ils épousent à la perfection le moindre relief. Bref, je prends mon temps mais le résultat va être sympa.

Quelques heures de boulot quand même et pourtant il n'y en a pas beaucoup.

Quelques jus à ajouter et j'attaque les pastels.
Ca commence à devenir bon


Finitions...

Voilà.
Après quelques pastels ocre, gris et noir pour les canons et les éjecteurs de douilles, j'ai passé une deuxième couche de vernis brillant pour bien fondre les décals.
Puis mat Pébéo pour le fini.
Les fils d'antenne sont en fil de pêche 8/100èmes et les isolateurs en colle blanche.
Il manque la verrière...peut-être aviez-vous remarqué en cours de découpage et les déperditeurs d'électricité statique que je poserai en toute fin de montage.

Le feu de position rouge est issu d'une boîte CMK avec une pointe d'argent en dessous.

Les deux petits points de colle blanche avant séchage qui seront peints en argent puis vernis en brillant sont les feux de position arrière.

 

Verrière

J'ai longtemps hésité à la représenter fermée et puis j'ai pas pu me retenir... J'ai donc découpé soigneusement de façon à respecter le fameux arrondi et je suis assez satisfait du résultat.

Je plâtre la partie mobile et je thermoforme dés que c'est sec.
Depuis, le MAP sèche dans la partie mobile de la verrière. Demain, ce sera dur à coeur et je pourrai thermoformer. En attendant, j'ai attaqué la peinture de la partie fixe et j'ai fini le viseur qui prendra place sur la casquette du tableau de bord juste avant la mise en place de la canopée. Toujours peur de shooter dedans et de la paumer...c'est tout petit un viseur au 72 et bonjour les séances de recherche à quatre pattes sur le carelage

Ca y est; j'ai thermoformé. Pour ceux que ça intéresse...
Voici le master qui n'est ni plus ni moins que la pièce d'origine remplie de MAP (les bricoleurs connaissent).
J'ai enfilé une lime par le manche (pas fou quand même) avant séchage de façon à avoir un support bien rigide.

Puis, un morseau d'acétate tenu avec 2 pinces est passé au dessus de cet engin quelques secondes. (la déformation se voit très bien).

Ben oui, c'est un grille-pain...à quoi vous vous attendiez ? Voilà le résultat et il ne reste plus qu'à découper.

Au premier coup mais c'est de la chance cette fois...il me faut au moins 3 ou 4 essais d'habitude.

N'importe quelle feuille de plastique fait l'affaire du moment qu'il n'est pas trop fin car l'épaisseur diminue encore lorsque tu thermoformes. Celui-là était un emballage de crochets de rideaux...

Plus qu'un petit coup de chiffon pour éliminer les dernières traces de polish et je peins

Aussi belle qu'un modèle de chez Squadron!!

Juste une petite photo pour montrer à ceux qui ont peur de se lancer dans le thermoformage qu'on obtient vraiment un très bon résultat sans se donner beaucoup de mal. Je l'ai juste posé à la place qu'elle n'aura pas puisque je vais la représenter ouverte.
Ca colle pile poil au profil.

Juste une petite avec la verrière simplement posée. C'est la seule fois que vous verrez le Pucara dans cette configuration puisque je vais le représenter verrière ouverte. Ca se termine quand même...un petit coup de Polychromos par ci, par là sur les montants et vernis mat par dessus.
Il ne restera plus que le viseur à mettre en place avant de coller la verrière définitivement.

 

Détails intérieurs

Bon, j'ai de nouveau refait les rétros qui étaient encore trop gros. J'en profite pour tester le nouvel hébergeur à la mode

 

 

Et voilà enfin la fin (en grand).......

 

Manu, le 13 octobre 2004.